TraAM Classes inversées 2016-2017

Le devenir de la matière organique en classe inversée - Cycle 3 (sixième) Padlet, BRNE, capsule, questionnaire, enc92, collaboration, différenciation

Utiliser les connaissances, ou conceptions des élèves comme base de travail est un des leviers qui permet de donner du sens à une activité et donc, de susciter davantage de motivation.

Le but de cette expérimentation en pédagogie inversée est de réaliser, à distance, des travaux (un document en coédition, un questionnaire), dont les données permettront de créer, en classe, un plan de cours ou de définir des groupes d’élèves qui collaboreront.
Ces collaborations auront pour but d’enrichir une base de données ou de créer des documents synthétiques pouvant être consultés hors classe, ce qui permettra d’exercer l’esprit critique des élèves et pourra aussi prendre la forme d’une évaluation entre pairs.
L’ensemble des productions contribueront à finaliser un schéma bilan construit en commun.

Des vidéos seront également utilisées avant et après la classe pour permettre aux élèves d’aller plus loin.

Professeur expérimentateur

  • Julie Amiel, Collège Jean Jaurès (Clichy)
LIAISON AVEC LE PROGRAMME
Niveau concerné Cycle 3, Sixième
Partie du programme : Thème : Le vivant, sa diversité et les fonctions qui le caractérisent
Séquence 7 : Expliquer l’origine de la matière organique des êtres vivants et son devenir
PLACE DANS LA PROGRESSION

« Expliquer l’origine de la matière organique des êtres vivants et son devenir. »

MOTIVATION DU CHOIX DE LA SEQUENCE A INVERSER
Dans cette séquence, des observations peuvent être réalisées. Il m’a paru intéressant de pouvoir les valoriser grâce l’élaboration, par les élèves, d’une base de données d’images. Par ailleurs, il existe de nombreux exemples pour illustrer l’utilisation de la matière organique pour les besoins de l’Homme, une autre situation pour donner l’occasion aux élèves de collaborer et de mutualiser leurs productions.
PROBLEMES A RESOUDRE
Que devient la matière organique à la mort d"un être vivant ?
L’Homme utilise-t-il la matière organique pour ses besoins ?
NOTIONS, SAVOIR-FAIRE, COMPETENCES
Notions Bulletin officiel spécial n°11 du 26 novembre 2015

« Devenir de la matière organique n’appartenant plus à un organisme vivant. Décomposeurs. »

« Les élèves mettent en relation la matière organique et son utilisation par les êtres humains dans les matériaux de construction, les textiles, les aliments, les médicaments. »

Savoir-faire Se questionner, formuler un problème, des hypothèses, un protocole.
Communiquer, présenter ses résultats sous différentes formes (tableaux, textes, graphiques, dessins, cartes mentales, schémas).
Travailler en équipe, coopérer.
Compétences Exploiter différents supports pour répondre à un problème.
ACTIVITE 1
Durée :
- 15 minutes en amont de la séance
- 1h15 en binôme en classe
- 10 minutes de bilan
- 15 minutes après la classe
Temps total estimé : 1h40
Matériel
- Lot de tablettes
- Sol à récupérer dans le milieu
- Cuvette à dissection
- Pinces
- Loupe binoculaire
Coût : 0€ (sans compter le lot de tablettes)
ACTIVITE 2
Durée :
- 40 minutes en binômes/trinômes
- 10 minutes de bilan
- 15 minutes après la classe
Temps total estimé : 1h35
ACTIVITE 3
Durée :
- 40 minutes en binômes/trinômes
- 15 minutes de présentation et bilan
- 15 minutes après la classe
Temps total estimé : 1h45
Matériel
- Feuilles A3 / A4
- Feutres, crayons, colle, ciseaux
Coût total estimé : 20€
Outils numériques et ressources
Outils :
- Environnement Numérique des Collèges 92 (portail web des services s’adressant aux élèves, aux parents ...) pour diffuser le travail à distance
- ENC92 pour constituer un "groupe de travail"
- PADLET pour les travaux en coédition
- BRNE comme ressource avant la classe
- Microsoft Forms pour questionnaire en ligne et vidéo
- PLICKERS pour réalisation d’un questionnaire en ligne

Ressources "papier" :
- Clé de détermination des animaux du sol
- Fiche technique "Utilisation d’une loupe binoculaire"
- Fiche méthode "Réaliser une affiche"
- Schéma bilan "Le cycle de la matière" à compléter

Ressources numériques :
- PADLET Le devenir de la matière organique
- BRNE Parcours "Qu’est-ce que le sol ?"
- PADLET Les êtres vivants du sol
- Questionnaire Microsoft Forms avec extrait d’une vidéo "C’est pas sorcier"
- Vidéo Pour aller plus loin : une seconde vie pour nos poubelles

Déroulement global de la séquence

Déroulement global de la séquence 1
Déroulement global de la séquence 2

Déroulement détaillé de la séquence

Les élèves de deux classes de sixièmes sont répartis en 3 groupes. Chaque groupe comprend entre 17 et 19 élèves. La première séance est prévue sur 1h30 et les deux suivantes sur une heure.
Les travaux présentés viennent de deux groupes.

Pendant la classe, en fin d’heure

Les élèves notent dans leur cahier le titre de la séquence "Le devenir de la matière organique". Le professeur leur présente alors le travail qu’ils auront à faire à distance sur le site "PADLET". Un élève vient au tableau pour montrer comment accéder au site via les deux moyens proposés. En effet, les élèves peuvent accéder au PADLET avec une tablette grâce au QR code et via un ordinateur grâce à l’adresse du site. Puis, comment un "post-it", qui sert de réponse, peut être ajouté sur la page.

Les élèves découvrent de la même manière comment accéder aux ressources de la BRNE.

Les élèves collent dans le cahier le document "Travail préparatoire" pour pouvoir réaliser ce travail à la maison.

Les réglages de PADLET, permettent facilement de paramètrer les accès et les rôles donnés aux invités.

Ici, les seules personnes qui peuvent avoir accès au PADLET sont ceux qui disposent du lien ou du QR code.
Le professeur a choisi de donner aux invités le rôle de rédacteur en sélectionnant "peut écrire".
PADLET permet d’obtenir directement les liens ou QR codes pour donner accès.

Par soucis de simplification, le professeur a ici choisi de créer un lien court grâce au raccourcisseur d’URL académique : http://acver.fr/index.php.

Avant la classe

Les élèves doivent déposer au moins une réponse pour chaque question du padlet, sans recopier une réponse déjà postée. L’objectif est de les faire collaborer, à distance, pour enrichir au maximum le padlet mais aussi engager des réflexions.

Pendant la classe

En début de séance, le padlet avec les réponses des élèves est présenté à la classe comme ci-contre.
Cette phase est un moment privilégié pour discuter avec les élèves sur leurs conceptions : "elle disparait" ou "devient poussière" (post-it réponse à la première question du PADLET). Ils confrontent leurs réponses, explicitent leurs choix. Chacun peut ainsi exercer son esprit critique. Ces discussions permettent au professeur d’introduire ou de préciser le vocabulaire spécifique à cette séquence (décomposition, décomposeurs, biodégradable, recyclage).
Les élèves et le professeur s’accordent sur les idées à regrouper. Ainsi, une carte mentale est élaborée, de manière collaborative. Ce document illustre la démarche qui sera suivie par les élèves :
- en rouge, la première partie de la séquence pour comprendre ce que devient la matière organique
- en vert, la seconde partie pour déterminer comment elle peut être utilisée.

Le professeur distribue ensuite un plan de travail, qu’il aura conçu grâce aux réponses des élèves et qui permettra, à chaque instant à l’élève de se situer sur le travail à faire hors classe et celui qui sera fait en classe.

Le "sol" est redéfini grâce aux ressources de la BRNE auxquelles les élèves ont eu accès à distance et est replacé, avec le sous-sol, sur le schéma bilan.

La suite de la séance est consacrée à Mission 1 : Qui sont les décomposeurs du sol ?

Les élèves travaillent en binôme. Chaque élève dispose de la fiche d’activité ci-contre et chaque binôme a le matériel suivant :
- une cuvette avec un échantillon de sol, deux pinces, une boite transparente ;
- une fiche de détermination des êtres vivants du sol,
- une fiche technique d’utilisation de la loupe binoculaire,
- une tablette.

Chaque groupe a deux objectifs : trier le sol, pour en retrouver, à l’oeil nu, les principaux constituants puis, dans un second temps, déterminer qui sont "les décomposeurs" en observant un être vivant à la loupe binoculaire pour déterminer, grâce à la clé de détermination, son nom d’espèce.
Chaque partie dure une vingtaine de minutes.

Tout d’abord, chaque binôme vient noter, au fur et à mesure, les éléments trouvés dans le sol au tableau. Si des êtres vivants sont trouvés, ils doivent être conservés dans la boîte pour la deuxième partie de l’activité.
Une mise en commun est ensuite réalisée pour finaliser le tableau.

Les élèves passent ensuite à la seconde partie. Quand la mise au point est assez nette et que les élèves ont retrouvé le nom d’espèce, ils appellent le professeur pour lui présenter leurs résultats. Le professeur autorise alors le binôme a récupérer une tablette pour pouvoir se connecter au PADLET Les êtres vivants du sol et y déposer une capture de leur observation.

Les élèves constituent ainsi en collaboration une base de données des "décomposeurs" qui sera également consultable à la maison.

Un bilan de la séance est fait à l’oral, pour répondre au problème de la Mission 1.

Après la classe

Les élèves doivent se connecter à l’ENC92. Dans le cahier de texte, ils retrouveront le lien pour consulter le padlet réalisé durant la séance (également accessible grâce au QR code).
Ils doivent recopier le bilan 1 qui correspond à la conclusion orale faite en classe ainsi que faire le Questionnaire Microsoft Forms .

De son côté, le professeur utilisera les résultats de ce questionnaire pour constituer des groupes de travail : experts, confirmés et guidés.
Microsoft Forms permet de récupérer les réponses des élèves dans un tableur Excel.

Pendant la classe

De retour en classe, les élèves n’ayant pas réalisé le questionnaire utiliseront des tablettes pour le faire et constitueront un groupe de travail.

Les autres élèves sont répartis dans les groupes constitués par le professeur et poursuivent directement avec la Mission 2 : Comment les décomposeurs agissent-ils ? L’activité dure 40 minutes.

Expert : Les élèves doivent répondre au problème à l’aide des indicateurs et réaliser une chaine alimentaire.
Confirmé : Les élèves doivent répondre au problème à l’aide des indicateurs et compléter la chaine alimentaire.
Guidé : Les élèves doivent répondre au problème à l’aide des indicateurs plus précis, plus guidés et compléter une chaine alimentaire.

Le travail fait à la maison a donc permis la constitution de différents groupes, deux experts, deux confirmés et un guidé constitués de 3/4 élèves. Une production finale est attendue par groupe sous la forme d’un court texte illustré d’une chaine alimentaire.
A la fin des 40 minutes, les groupes seront mélangés pour confronter leurs productions pendant 10 minutes. Chaque membre doit donc s’investir pour représenter les conclusions de son groupe.

Dans le cas où un groupe d’experts aurait terminé sa tâche au delà du temps imparti, le professeur a prévu de les laisser réaliser un questionnaire PLICKERS qui pourra être proposé à l’ensemble de la classe en fin de séance. Mais, cela ne s’est pas présenté au cours de cette séance.

Pendant toute la séance le professeur se situe à côté des élèves. Après avoir présenté le travail à la classe, il passe auprès de chaque groupe pour vérifier que les consignes sont comprises puis reste en retrait. Il n’intervient que sur demande comme aide ou support à l’avancée du travail. Ces aides peuvent ainsi être différenciées en fonction des groupes.
En fin d’activité, c’est lui qui apporte l’assurance de la validité des résultats émis.

A la fin de la séance, une conclusion orale sera faite. Un exemple de correction sera distribué aux élèves et une partie du schéma bilan du cycle de la matière sera complétée.
Une discussion autour des "restes" sera également engagée pour faire le lien avec les turricules, la matière minérale ainsi que la notion de biodégradable. Cette discussion permettra de faire le lien avec la vidéo "pour aller plus loin" disponible après la classe.

Après la classe

Les élèves doivent se connecter à l’ENC92. Dans le cahier de texte, ils trouveront le bilan 2 qui doit être recopié dans le cahier.
Un lien vers une vidéo est également disponible Pour aller plus loin : une seconde vie pour nos poubelles
Les élèves doivent prendre leur matériel : ciseaux, feutres, colle pour la séance suivante.

Pendant la classe

Pour la "Mission 3 : Transformer la matière organique pour ...", les élèves constituent des groupes d’affinités de 2 ou 3 élèves.

Chaque groupe travaille sur un des 4 ateliers : "se vêtir", "se soigner", "se nourrir", "construire".

Chaque groupe aura 40 minutes pour produire une affiche qui sera présentée à la classe en fin de séance et sera ensuite scannée par le professeur. Toutes les affiches seront ainsi consultables dans un groupe de travail sur l’ENC92.

Le professeur a donc sélectionné des ressources (provenant du manuel scolaire "Sciences et Technologie, 6e, Cycle 3, Mai 2016) pour chaque atelier, et crée une fiche méthode pour la réalisation d’affiches.

Une grille avec les indicateurs de réussite permet à chaque groupe de connaître précisément les attendus.

En fin de séance, chaque groupe dispose de 3 minutes pour présenter son affiche à la classe. Un bilan oral est fait.

Après la classe

Les élèves se connectent à l’ENC92 pour recopier le bilan 3. Ils doivent se connecter au groupe de travail pour visualiser les affiches et compléter la dernière partie du schéma bilan.

RETOUR DES IMPRESSIONS DES ELEVES
Un questionnaire a été élaboré afin d’avoir un retour critique de la part des élèves. Seuls les élèves d’un groupe ont répondu, de manière anonyme, à ce questionnaire afin de s’exprimer librement.



Grâce à une découverte de l’outil Padlet en classe, la grande majorité des élèves a réussi à se connecter à la maison et à effectuer le travail en collaboration avant la classe. Les élèves ayant l’habitude de réaliser des questionnaires, cette partie hors classe n’a pas non plus été un obstacle.



Les objectifs de ces travaux tels que la motivation et plus de clarté dans les objectifs de la séquence sont donc atteints pour environ 90% du groupe.
On peut donc remarquer qu’une "formation" des élèves à ces outils semble essentielle si on souhaite impulser plus de réussite à la maison et donc de motivation lors du retour en classe.
Une faible proportion des élèves n’a tout de même pas adhéré à cette séquence, ce que nous retrouverons et commenterons plus longuement plus loin.



Les élèves ont également adhéré au travail de groupe. La collaboration a été adoptée pour nombre d’entre eux qui l’estiment nécessaire (entraide) et motivante. On peut particulièrement assimiler ces résultats aux choix de groupes faits par les élèves eux-mêmes. Certains ont néanmoins eu du mal à travailler en équipe, en particulier lorsque les groupes ont été créés par le professeur en fonction des résultats au questionnaire. Est-ce simplement dû à du relationnel ? Du mal à prendre en compte l’avis de l’autre et à adapter son discours ? Le rôle du professeur est donc de veiller à ce que chacun puisse s’impliquer, quel que soit le groupe et comprendre l’intérêt de collaborer dans le but de construire et développer des compétences.



Il peut être intéressant de se questionner sur ce que pensent les élèves du travail "après la classe" qui se résume principalement à écrire le bilan oral fait en fin de séance. Pour la plupart des élèves, cela ne pose pas de problème et est même facilitant pour se replonger dans le cours de SVT et revoir les notions construites en classe, grâce au passage à l’écrit.
Ici encore, on retrouve une part semblable à celle précédemment réfractaire au travail hors classe.



Dans l’ensemble on peut dresser un bilan positif pour les élèves qui ont l’impression d’avoir mieux compris ce qui allait être fait en classe, ce qui a aussi été source de motivation. Cela a pu se ressentir de part des échanges plus dynamiques, plus pertinents en classe.
Néanmoins, une proportion d’élèves a trouvé cela plus difficile que d’habitude en pointant notamment du doigt la difficulté d’enclencher une réflexion seul, à la maison. Ils ont donc été déstabilisés mais cela a pu aussi être l’occasion pour bon nombre d’entre eux d’engager une réflexion propre et de trouver plus d’intérêt aux activités classe.



En conclusion, 75% des élèves souhaitent prolonger l’expérience de la pédagogie inversée avec parcimonie. Comme nous venons de la dire, certains élèves ont été déstabilisés que ce soit lors des travaux de groupes, avec une difficulté pour collaborer ou lors des phases de réflexions en dehors de la classe. La plupart ont encore besoin d’une structure plus "classique" en alternance avec des séquences inversées pour encore prendre confiance en eux et s’affirmer.
Une minorité d’élèves ne souhaite pas davantage réaliser des séquences inversées. On pourrait supposer que certains élèves n’adhèrent pas davantage au travail avant et après la classe, tout comme cela peut être le cas en pédagogie "classique". Est-il possible de faire adhérer 100% des élèves ?
19% ont totalement adhéré et ont su se saisir pleinement des enjeux de cette séquence.
ANALYSE ET EVALUATION DU DISPOSITIF
Plus-values dégagées Enclencher la réflexion des élèves sur la globalité de la séquence, à distance et en collaboration, a eu un réel impact sur leur investissement et leur apprentissage. En prenant connaissance des idées des autres, à la maison, un questionnement est né chez certains élèves. A la maison, ce questionnement peut être muri et chaque élève dispose du temps dont il a besoin pour apporter sa contribution ce qui fait souvent défaut aux temps de discussion en classe.
Par ailleurs, au retour en classe, les échanges entre les élèves sont de meilleure qualité. L’élaboration d’un plan de travail, grâce aux réponses des élèves sur le padlet, leur a également permis d’en clarifier les objectifs.

La création de la base de données, en collaboration, a été réellement motivante pour les élèves. Ils ont une "vitrine" de leur travail, qu’ils peuvent consulter et partager à la maison.

L’utilisation des résultats du questionnaire fait en amont a permis l’élaboration de groupes experts, confirmés et guidés. Ces groupes permettent une réelle différenciation tout au long de la séance.
Difficultés rencontrées Malgré un temps consacré à la découverte du padlet en classe, certains élèves n’ont pas su utiliser cet outil à la maison. Il en est de même pour la connexion au groupe de travail et la consultation des affiches.

La collaboration de certains élèves au sein des groupes experts, confirmés, guidés n’a pas été efficace. Un groupe a particulièrement eu des difficultés de communication et d’entente pour arriver à une production commune.
De même, lors de la dernière activité, avec des groupes d’affinité, un groupe n’a pas réussi à produire d’affiche en 45 minutes.

Enfin, la présentation des affiches a été laborieuse. Le temps de conception prévu étant déjà conséquent, les élèves n’étaient plus très impliqués en fin de séance.
Pistes d’amélioration Une séance de prise en main de padlet par chaque élève semble donc nécessaire. Tout comme la prise en main de l’accès aux groupes de travaux via l’ENC92, plate-forme encore nouvelle pour les élèves de sixième.

Il serait plus judicieux de revoir la finalité de l’activité avec les affiches. L’idée d’une gamification, avec l’élaboration de badges décernés par les élèves, pourrait être intéressante pour raccrocher les élèves en fin de séance et davantage exercer leur esprit critique.

Enfin la constitution des groupes pourrait être revue. Il pourrait être judicieux de garder les mêmes groupes d’élèves du début à la fin de la séquence. En créant des ilots bonifiés, la collaboration pourrait être davantage mise au premier plan. Celle-ci pourrait prendre plus d’intérêt sur les parties hors classe ainsi qu’auprès des élèves.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)