TraAM Classes inversées 2016-2017

Un TP d’observation dans le thème Féminin/Masculin en classe inversée - Première S ELEA, microscope, capsules vidéos, tests

Exemple de séquence inversée, avec ELEA, autour d’un TP "Observation des appareils génitaux en fonctionnement".


- Liaison avec le programme et place dans la progression
- Problème à résoudre et extrait du parcours
- Notions, savoir-faire, compétences
- Outils numériques et ressources

- Déroulement de la séquence
- Evaluation des élèves
- Retour des impressions des élèves
- Analyse et évaluation du dispositif
- Fichier MBZ du parcours

Voir aussi Féminin versus Masculin en classe inversée - Première S

Professeurs expérimentateurs

  • Laurence Hadad et Bruno Boucher, au lycée Camille Claudel de Vauréal (95).

LIAISON AVEC LE PROGRAMME
Niveau concerné Première S
Partie du programme : Thème 3 - Corps humain et santé / Thème 3 - A Féminin, masculin
PLACE DANS LA PROGRESSION
Le parcours couvre l’ensemble de la progression dans le thème Féminin Masculin. Dans la progression annuelle, ce thème est traité après le Thème 1 - A Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique, ce qui nous permet d’aborder le sexe biologique de l’individu comme un phénotype, tel que défini dans le thème de génétique. Entre ces deux thèmes, nous traitons le Thème 3 - C De l’œil au cerveau : quelques aspects de la vision, abordé lui aussi comme un phénotype, ce qui permet de s’appuyer sur les concepts construits pour la transmission synaptique pour définir la communication hormonale.

La partie du parcours présentée dans cet article correspond au travail sur un TP "Observation des appareils génitaux en fonctionnement", qui intervient après le TP sur la mise en place des caractères sexuels au cours du développement embryonnaire et à la puberté. Les caractères sexuels primordiaux, primaires et secondaires ont donc été définis. Les aspects anatomiques, embryologiques et chromosomiques ont donc été vus.

Chronologiquement, les personnages qui servent de fil conducteur dans le thème ont maintenant des appareils sexuels fonctionnels. Dans ce TP, nous regardons à quoi cela correspond. C’est donc l’aspect physiologique qui est étudié ici.
Le TP suivant portera sur les mécanismes de régulation de ces activités. Ce sont deux TP successifs pour pouvoir consacrer suffisamment de temps à l’observation des structures d’une part, à la construction et l’analyse des expériences permettant de construire les schémas de régulation d’autre part.
MOTIVATION DU CHOIX DE LA SEQUENCE A INVERSER
Comme expliqué plus loin, nous n’avons pas choisi d’inverser cette séance-ci en particulier puisque tous les TP sont construits de la même manière, avec une préparation en amont et un bilan en aval. Cette séance est donnée à titre d’exemple.

En mode non inversé, nous rencontrions deux problèmes récurrents avec ce TP :

  • une utilisation du microscope non maîtrisée. Malgré nos efforts, il y a en effet un décalage entre l’exigence d’une maîtrise d’un geste technique par les élèves et la réalité du nombre réduit d’occasions que l’élève a eu d’exécuter ce geste technique, d’autant plus s’il travaille en binôme.
  • un manque de temps pour travailler la présentation autour des images capturées (légendes et titres ajoutés avec les outils du traitement de texte)



La préparation en amont nous a ici permis :

  • de donner à réviser le geste technique réalisé lors de la séance (observation au microscope).
  • d’introduire le TP, en installant en particulier la définition de cycles chez la femme. La mise en activité est ainsi plus rapide et plus de temps peut y être consacré.

PROBLEME A RESOUDRE
Quel est le fonctionnement de l’appareil génital féminin ou masculin ?

NOTIONS, SAVOIR-FAIRE, COMPÉTENCES
Notions : Extrait du programme de Seconde (BO spécial n° 4 du 29 avril 2010) :

Les phénotypes masculin et féminin se distinguent par des différences anatomiques, physiologiques , et chromosomiques.

Savoir-faire : Saisir des informations
Utilisation du microscope
Acquisition et traitement d’images numériques,
Répondre à des exercices type QCM, associations, millionnaire, glisser-déposer
Compétences : Extraire et exploiter des informations de différents documents
Acquérir et communiquer des observations
Traduire les différents mécanismes étudiés sous la forme de schémas fonctionnels.
ACTIVITE
Durée :
- 20 minutes en amont du TP.
- 2h par demi-groupe en TP, sur les principes de la contraception hormonale
- 20 mn en aval du TP.
Total : 2h et 40 minutes
Coût : aucun. Sécurité : RAS.

Outils numériques et ressources

Déroulement global de la séquence

Déroulement détaillé de la séquence

La démarche présentée ici a été appliquée à l’ensemble des thèmes de Première S, afin que ce mode de fonctionnement soit pour les élèves naturel.
Les différentes sections encadrent chaque TP.

Le principe général est le suivant :

  • Un travail est donné en amont du TP pour préparer la séance, non pas en général pour découvrir la notion qui sera construite en TP comme dans une définition plus classique de la classe inversée mais plutôt pour mettre en place les prérequis et ainsi dégager du temps pour les activités en classe en éliminant les temps d’explication (par exemple dans un autre thème le magnétisme des roches a été découvert avant la séance pour se consacrer en classe à l’étude du paléomagnétisme dans le cadre du TP sur l’expansion océanique). Il s’agit souvent d’une courte vidéo accompagnée d’un ou plusieurs tests.
    Le temps d’explication magistrale en classe est remplacé par une écoute individuelle et plus active avant la classe, dont on peut espérer qu’elle a été plus efficace.
  • En classe, un document est distribué aux élèves au moment voulu pour qu’ils aient une trace écrite de ce qu’ils ont préparé. Le temps du TP est ainsi plus complètement consacré à la démarche de résolution de la problématique du TP et aux activités. Les temps d’explications magistrales sont réduits et plus de temps est consacré aux activités. Cela permet aussi d’ajouter des activités.
  • Un travail est donné après le TP pour vérifier et consolider les acquis, sous forme d’un ou plusieurs tests.
    On peut considérer que ce travail en aval du TP, pour simple qu’il soit, se substitue plus ou moins au travail à la maison qu’on peut attendre d’un élève de manière autonome. On travaille donc dans le sens d’un travail plus régulier, TP après TP.

Avant la classe

Extrait


Structure parallèle des parcours

Une première petite vidéo présente nos personnages en questionnement sur le fonctionnement de leur corps, pour contextualiser et motiver l’étude dans le cadre du parcours.

Une seconde vidéo de la banque de gestes techniques rappelle l’utilisation du microscope. Un jeu type millionnaire vient sanctionner le visionnage de cette vidéo.

Ensuite des documents accompagnés de tests définissent chez la femme l’existence de cycles et chez l’homme l’absence de cycle ainsi que les caractéristiques des spermatozoïdes.

Pendant la classe

Le TP se déroule de manière tout à fait classique, avec des observations au microscope de lames de coupes d’utérus, d’ovaires et de testicules.
La méthode pour l’étape 3 de l’ECE est travaillée avec la recherche de captures d’images pertinentes, organisées et légendées dans le traitement de texte avec les outils de dessin.

Production élève

Après la classe

Extrait
Structure parallèle des parcours (2)

Des tests essentiellement sous forme de schémas avec des légendes à glisser déposés permettent de vérifier et consolider les acquis des TP sur les structures, comme le tube séminifère, ou la chronologie pour le cycle féminin.

Les élèves complètent le TP avec une vidéo accompagnée d’un QCM portant sur l’autre sexe.

Les vidéos sont celles proposées par la plate-forme Corpus, amputées de toutes les parties mentionnant les hormones.


Les QCM sont simplement les mêmes schémas avec des légendes à glisser-déposer que ceux qui ont travaillé sur l’autre sexe ont eu en première partie du bilan de TP.

Evaluation des élèves

La plateforme ELEA permet d’attribuer des badges pour chacun des niveaux franchis pas les élèves. Au fur et à mesure des TP et de la vie de nos personnages, les élèves vont acquérir de nouveaux badges.

ELEA permet également de connaitre pour chaque élève, la durée du travail fourni, le score obtenu à chacun des exercices et le nombre de tentatives réalisées.

Vue d’ensemble des notes du parcours

Vue d’ensemble des résultats sur un test

Détail de la réponse d’une élève sur un test - 1ère tentative

Détail de la réponse d’une élève sur un test - 2ème tentative



RETOUR DES IMPRESSIONS DES ELEVES
Un questionnaire a été soumis aux élèves pour avoir un retour sur l’expérience telle qu’elle a été vécue du côté des élèves.
Les réponses comptabilisent les réponses de deux classes de Première S, quasi au complet, le questionnaire ayant été rempli en classe.

Il apparaît que l’expérience a été majoritairement positive. On observe toutefois que à ce niveau, la ludification a un intérêt limité.


Il apparaît ici qu’une bonne partie des élèves n’a pas complètement joué le jeu du travail régulier. La raison invoquée dans le questionnaire est l’oubli. Il y a donc ici un souci d’organisation du travail qui vaut aussi sur la plate-forme.


Les élèves n’ont majoritairement pas eu de problème pour accéder à la plate-forme. Le temps pris lors de la première séance pour que chacun se connecte en classe a été utile.


La majorité des élèves a trouvé l’interface agréable et intuitive. La DANE peut être félicitée et remerciée pour son travail sur la plate-forme.


Majoritairement, les élèves se sont sentis plus à l’aise lors des séances de TP grâce au travail préparatoire. Ils indiquent en commentaire qu’il leur a été utile d’avoir un avant-goût et des connaissances sur le TP à venir pour mieux y rentrer et le comprendre.


Le travail après séance a été ressenti moins utile par les élèves. Ceux qui ont donné une réponse positive ont souligné l’utilité d’une révision, voire d’une vérification et d’une correction de ce qu’ils ont retenu du TP. Pour les autres, les raisons données sont diverses : soit ils ne faisaient pas ce travail après séance, soit ils ont préféré d’autres supports de révision, soit enfin ils font une distinction et indiquent que si les exercices ont pu les aider à mieux comprendre, ils ne leur ont pas permis de mieux apprendre.




Le travail à faire n’a visiblement pas été toujours clair. Nous l’avions perçu en cours d’utilisation, avec des retours d’élèves qui nous disaient ne pas trop avoir compris ce qu’il y avait à faire, en particulier où s’arrêter dans les activités. Nous avons essayé d’améliorer cela en jouant sur le paramétrage des dates de disponibilité des activités sur le parcours et avec l’étiquetage préparation/bilan du TP.


Globalement, la charge de travail liée au parcours n’a pas été ressentie comme trop lourde, ce qui est satisfaisant car c’est une contrainte que nous nous étions imposée lors de la construction.



Il apparaît ici que la ludification, et en particulier les badges, ont un impact limité sur la motivation à ce niveau. C’est un petit plus pour certains mais cela ne semble pas avoir été déterminant pour leur implication dans les parcours.




Ces trois dernières questions montrent que l’expérience a été très positive pour les élèves.
A la question sur les avantages de cette façon de travailler, la réponse la plus fréquente est celle de la préparation du TP qui permet de mieux le comprendre. L’aspect ludique apparaît aussi, même si une question précédente n’en fait pas un ressort de motivation.

Pour les inconvénients, ce sont d’abord les difficultés techniques qui sont invoquées (bugs, problèmes de lecture des vidéos). Il y a ensuite la difficulté à s’organiser pour faire le travail.

ANALYSE ET EVALUATION DU DISPOSITIF
Plus-values dégagées


Les particularités du parcours sur Féminin Masculin :

  • nous avons essayé de gamifier le parcours en travaillant sur des personnages présentés dans de courtes vidéos qui vont naître et grandir au cours du thème, rencontrant différents questionnements autour de la sexualité.



  • tous les élèves n’ont pas le même parcours (mais ce n’est pas une différenciation). Le parcours Féminin Masculin introduit le thème. Au début du TP1, en classe, les élèves ont tiré au sort pour savoir s’ils auraient un garçon ou une fille. En fonction du résultat, ils n’ont pas travaillé sur les mêmes choses en classe et ne travaillent pas sur le même parcours ensuite (L’aventure de Philémon pour les garçons, L’aventure d’Anastasie pour les filles).
    La partie sur l’autre sexe est abordée par chacun dans son bilan du TP. Tous ont au final vu l’ensemble des notions.



  • lors du TP3 consacré aux régulations, la plate forme est utilisée en classe pour travailler l’étape 1 de l’ECE, avec la possibilité d’enregistrer une réponse audio combinée à un temps limité de réponse.



Nous avons utilisé la plateforme ELEA car elle nous offrait une large palette d’outils en même temps qu’une identification des élèves, et donc un suivi.

La première utilisation de la plate-forme dans un thème précédent s’est faite en classe, dans une salle avec un ordinateur par élève. Nous avons pu ainsi nous assurer que chacun pouvait se connecter, et les accompagner dans la découverte de l’interface.

  • Le pari de dégager du temps dans les séances pour les activités a été gagné. Nous avons pu laisser plus de temps pour certaines activités, pour travailler des points de méthode en vue de l’ECE ou même ajouter de nouvelles activités.



  • La gamification proposée à travers l’histoire de personnages que l’ont suit au cours de la vie a donné du sens à l’avancée du thème et, à défaut d’epicness, a pu permettre une identification des élèves et donc une curiosité.



  • Les élèves ont été conduits à réviser les contenus du TP après chaque séance, donc à travailler plus régulièrement.
  • L’utilisation de la plate-forme ELEA nous a donné accès à des formes de test variées, pour éviter la monotonie des simples QCM. Les tests avec des glisser-déposer sur des images et le module d’enregistrement de réponse audio nous ont semblé particulièrement intéressants dans ce thème.
  • Les feed-backs proposés dans certains tests ont permis aux élèves de se corriger. La contrainte imposée par le blocage d’une activité tant qu’une autre n’est pas validée a pu les motiver à ne pas rester sur des erreurs.



  • Ce mode de travail en amont et en aval du TP nous a permis de construire le parcours à deux mais sans nous contraindre à faire exactement la même séance. Nous avons gardé la liberté de mener la séance à notre manière, même si des convergences se sont faites.
Difficultés rencontrées
  • Le respect des droits d’auteur peut être frustrant car il limite les ressources disponibles et peut conduire à préparer une nouvelle version de ressources déjà existantes.
  • Les ressources disponibles ont aussi été limitées par les contraintes techniques. Les élèves devant pouvoir y accéder depuis leur ordinateur personnel voire depuis un terminal mobile, certaines animations utilisables en classe ont été bannies, comme celles en flash.
  • Certains élèves n’ont pas toujours Internet et accès à un ordinateur à la maison. Ils peuvent trouver des ordinateurs au lycée mais c’est plus contraignant que pour leurs camarades.



  • La longueur des parcours, et donc la multiplication des activités, ont pu rendre la navigation des élèves un peu compliquée. Ils n’ont pas toujours eu une idée claire de ce qu’ils devaient faire, du moment où ils avaient terminé le travail demandé.



  • Le temps de travail supplémentaire pour l’élève mais aussi pour l’enseignant est à prendre en compte.
    Nous avons essayé de veiller à ce que les temps ne soient pas trop longs à chaque fois (15 à 20 minutes) pour ne pas augmenter trop la charge de travail des élèves.



  • Un certain nombre d’élèves n’a pas joué le jeu d’utiliser la plate-forme. Dans la mesure où cela s’intègre à un travail normal et régulier, ceux pour lesquels on relève un manque de travail régulier ont traité les préparations et les bilans de TP comme le reste de leur travail personnel, malgré l’attractivité et le côté ludique, gamifié, des activités proposées.
    Se pose alors la question du déroulement du TP lui-même : faut-il ou non compenser le travail non fait pour leur permettre de suivre la séance malgré tout, ou faut-il rendre totalement indispensable le travail en aval au risque de perdre encore plus les plus fragiles ?



  • La contrainte imposée par le blocage d’une activité tant qu’une autre n’est pas validée a pu aussi démotiver les plus fragiles et les moins opiniâtres.



  • Du côté enseignant, le principe de proposer un parcours sur du long terme plutôt que sur un TP ponctuel nous a engagé dans un travail de construction permanent, qui nous a cette année laissé peu de loisir pour analyser les données que la plate forme nous propose suite aux réponses des élèves et encore moins pour proposer des remédiations. La question de la forme et du moment de cette remédiation est en suspens.
Pistes d’amélioration

De ce qui précède découlent les nécessités suivantes :

  • Améliorer le balisage des parcours, pour une navigation plus simple des élèves.
    Une signalétique a ainsi été mise en place pour mieux distinguer les pages "préparation" des pages "bilan".



    Nous avons ajouté avant la carte de progression une section d’introduction pour chaque préparation au bilan, avec un bouton. Ces sections sont cachées et ne sont affichées qu’au moment opportun par rapport au TP.



Nous avons aussi essayé de jouer sur les liens hypertexte et les boutons, malgré les caprices de la plate forme.

  • Développer une remédiation qui tienne compte des réponses aux tests, et ainsi éventuellement proposer des compléments ou des parcours différenciés.



  • Motiver davantage l’utilisation de la plate-forme, par exemple avec des évaluations sommatives et pas seulement formatives.

Télécharger les fichiers "mbz" des parcours pour les intégrer dans une plateforme de type "moodle"

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)