Comment faire pour ...

Réaliser un dessin d’observation assisté par tablette tactile

Avec l’arrivée des tablettes tactiles, nous disposons désormais de tablettes graphiques à portée de doigt ce qui rend la réalisation de dessins sous un format numérique bien plus accessible et aisée qu’auparavant afin de les intégrer à des compte-rendus eux-aussi numériques. La technique proposée ici utilise les calques afin d’atteindre rapidement l’objectif du dessin d’observation. Le principe du décalquage ne fera certainement pas l’unanimité mais est-ce la technique du dessin qui est une fin en soi ou la façon de mettre en avant des structures issues de l’observation ?

Objectif
Grâce aux fonctionnalités des tablettes tactiles et à leurs applications, il devient possible de réaliser de beaux schémas ou dessins d’observation en un temps réduit. L’objectif du dessin d’observation n’étant pas le dessin lui-même mais ce qu’il montre et met en avant, rien n’empêche d’utiliser des calques pour dessiner directement à partir d’une photographie.
Outils utilisés
Ce dessin d’un granulocyte a été obtenu à l’aide de l’application ZoomNotes Lite sur iPad. Il s’agit d’une application gratuite dont les fonctionnalités suffisent mais il existe des achats in-app et une version complète (à 5,99 €). ZoomNotes est un bon compromis entre ergonomie et exigences liées à la rigueur de ce qu’on est en droit d’attendre d’un dessin, au moins au niveau lycée. En effet, elle permet de tirer des traits de rappel de légendes droits, terminés par une flèche et d’encadrer les titres. Elle offre aussi la possibilité d’afficher la photographie de l’objet à dessiner sous la forme d’un calque d’arrière-plan que l’on peut supprimer après le dessin.
D’autres applications sont utilisables, citons par exemple Sketchbook express (gratuite), Bamboo Paper (gratuite), Upad lite (gratuite) ou version complète (à 4,49 €).
Contraintes matérielles et astuces
Il est évident que l’utilisation d’un stylet rend la tâche beaucoup plus aisée pour réaliser des contours précis. De nombreux stylets pour tablette sont commercialisés mais seuls ceux de précision sont réellement efficaces. Néanmoins, le stylet n’est pas un accessoire indispensable. On peut réaliser le dessin simplement en observant l’échantillon étudié ou bien après avoir fait une acquisition d’image qui simplifie énormément la réalisation du dessin. La tablette embarque un appareil photo intégré mais il peut être utile dans le cas d’observation au microscope d’utiliser un dispositif d’acquisition spécifique.
Détails de la réalisation
Avant de commencer, il est nécessaire de savoir utiliser les fonctionnalités de la tablette, savoir retrouver ses photographies ou ses dessins, les exporter, les partager ou les intégrer à un compte-rendu. En dehors de la maîtrise même de la tablette et de ses fonctionnalités, le seul pré-requis important est de connaître les règles du dessin d’observation, de la mise en page et de l’organisation des légendes.
Dans un premier temps, il faut créer une nouvelle page vierge au format "portrait" ou "paysage" selon la mise en page désirée. Puis il faut importer la photographie de l’objet à dessiner en sélectionnant l’onglet "outils", on peut ainsi insérer une image à partir de différentes sources (bibliothèque d’images, appareil photo intégré, Dropbox, Google Drive, OneDrive...). Avec la version gratuite, un message nous prévient que la photographie sera effacée au moment de l’exportation finale du dessin. On doit ensuite à l’aide de l’onglet "calques" créer un nouveau calque que l’on utilisera pour dessiner par-dessus la photographie....). On peut diminuer l’opacité du calque contenant la photographie pour dessiner plus aisément. On peut alors commencer à tracer les contours en ayant pris soin de sélectionner le stylo que l’on souhaite, l’épaisseur du trait qui nous convient et la couleur. À la fin on doit supprimer ou masquer le calque contenant la photographie. Puis il ne nous reste qu’à rajouter des traits de rappel (à l’aide de l’onglet "traits", il suffit de choisir l’extrémité terminée par un flèche) puis les légendes (à l’aide de l’outil "texte") .
Bilan et plus-value pédagogique
Après la période d’apprentissage de l’application, quelle que soit celle utilisée, les élèves semblent motivés par la facilité avec laquelle on peut désormais réaliser un dessin légendé. Certes il s’agit de décalquage mais ce qui importe c’est l’observation et la mise en valeur de certains éléments observés. Ce procédé permet essentiellement de respecter les proportions sans nuire à l’observation, au contraire, car les élèves s’appliquent davantage et voient des structures qu’ils ne voyaient pas lorsqu’ils devaient réaliser des dessins classiques. Cet outil permet de valoriser tous les élèves autrement que par leur seule capacité à reproduire une image car tous n’ont pas les mêmes facilités en matière de dessin et surtout, on peut désormais réaliser des dessins d’observation de qualité en un temps très court.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)